Sunday, October 26, 2008

GEORGES BRASSENS

A rubrica "Canções da Minha Vida" (Antena 1, ao princípio da manhã) traz-me, às vezes, surpresas tão agradáveis que me fazem chegar ao trabalho bem disposto e a cantarolar (devo ter fama de pateta alegre, mas que se lixe!).

Desta vez foi, nem mais nem menos, que a Mauvaise Réputation desse anarquista da canção e da vida que foi Georges Brassens. Para quem conhece, aí vão uns links para consumo imediato.

Para os que não conhecem, nem sabem o que perderam...

Mauvaise Réputation:

http://www.youtube.com/watch?v=yCuahcADSqc

Les copains d´abord:

http://www.youtube.com/watch?v=GD2GuZHc1e4&feature=related

E um belíssimo poeminha (do Paul Fort, se não estou em erro), Dans l'eau de la Claire Fontaine:

http://www.youtube.com/watch?v=KAr_O-EcX90&feature=related

L' orage:

http://www.youtube.com/watch?v=3sAyO7o6RBo

La complainte des filles de joie:

http://www.youtube.com/watch?v=d9dWmijny2U&feature=related

Le Pornographe (du phonographe):

http://www.youtube.com/watch?v=tBe0p13cPxk&feature=related

Quand on est Con (le temps ne fait rien dans l'affaire...):

http://www.youtube.com/watch?v=Wv_L7g9Tgfc&feature=related

Faltou-me o Trompettes de la Renomée, mas quando o arranjar, ponho-o cá, c'est promis! E aqui está, com os meus agradecimentos à Fátima: merci ma soeur!

http://www.youtube.com/watch?v=xsyDnDL3r0E&feature=related

Les Amours d'antan

http://www.youtube.com/watch?v=werBSUdTsto

10 comments:

Maria de Fátima said...

:)

Maria de Fátima said...

le voilá ta Pénélope...

Maria de Fátima said...

Dans l'eau de la claire fontaine
Elle se baignait toute nue.
Une saute de vent soudaine
Jeta ses habits dans les nues.

En détresse, elle me fit signe,
Pour la vêtir, d'aller chercher
Des monceaux de feuilles de vigne,
Fleurs de lis ou fleurs d'oranger.

Avec des pétales de roses,
Un bout de corsage lui fit.
La belle n'était pas bien grosse
Une seule rose a suffit.

Avec le pampre de la vigne,
Un bout de cotillon lui fit,
Mais la belle était si petite
Qu'une seule feuille a suffi.

Elle me tendit ses bras, ses lèvres,
Comme pour me remercier...
Je les pris avec tant de fièvre
Qu'ell' fut toute déshabillée.

Le jeu dut plaire à l'ingénue,
Car, à la fontaine souvent,
Ell' s'alla baigner toute nue
En priant Dieu qu'il fit du vent,
Qu'il fit du vent...

Maria de Fátima said...

esta a letra...não me parece confiante, não!! dita na 1ª pessoa??!! mas olha lá vai...

Bien que ces vaches de bourgeois,
Nous appellent les filles de joie,
C'est pas tous les jours qu'on rigole,
Parole, parole,
C'est pas tous les jours qu' on rigole,

Car, même avec des pieds de grue,
Faire les cents pas dans la rue,
C'est fatiguant pour les guiboles,
Parole, parole,
C'est fatiguant pour les guiboles,

Non seulement, on a des cors,
Des oeils de perdix, mais encore,
C'est fou ce qu'on use comme groles,
Parole, parole,
C'est fou ce qu'on use comme groles,

Marques Correia said...

Menina, se clicares na "Complainte des filles de joie", terás a letra toda; esta está um bocado curta. Assim de repente faltam as estrofes (quadras?...) começadas por:

Elles sont méprisées du public;

Y'a des clients, y'a des salots;

Bien que toute sa vie elles fassent l'amour;

Fils de Pécors et de Minus;

Il s'en fallait de peut mon chèr;

Marques Correia said...

... e a propósito, tens a Pénélope?

Vou escrevr aqui a letra, morrendo de vergonha dos erros que vou dar (porra do Francês usa-se cada vez menos, e a minha escrita ressente-se!)

Aqui vai:

...Toi l'épouse modèle, le grillon du foyer
Toi qui n'as point d'accroes sur ta robe de mariée
Toi l'entraitable Pénélope...
En suivant ton petit bonhomme de bonheur
Ne berce tu jamais en tout bien tout honneur
De jolis pensées interlopes
De jolis pensées interlopes...

N'as tu jamais en rêve appelée de tes voes
L'amourette qui passe qui vous prent aux cheveux
Qui met la margueritte au jardin potager
La pomme défendue aux branches du verger
Et le désordre à vos dentelles
Et le désordre à vos dentelles...

N'as tu jamais souhetée de revoir en chemin cet'ange, ce démon
Qui son arc à la main, décoche des flèches malignes
Qui rendent leur chair de fêmme
Aux plus froides statues
Les basculent de leurs socles,
Bousculent leur vertues
Arrachent leurs feilles de vigne
Arrachent leurs feilles de vigne...

Ne craintes que le ciel ne t'en tienne rigueur
Il n'y a vraiment pas là de quoi fouetter un coeur
Qui bat la campagne et galope
C'est la faute comune, c'est le pèchée venielle
C'est la face cachée de la lune de miel
Et la rançon de Pénélope
Et la rançon de Pénélope...

Maria de Fátima said...

a Penelope e muitas(todas?)letras

comme, par exemple, celle ci:
Si Le Bon Dieu L'avait Voulu lanturette, lanturlu

(belos tempos!!!)

a Penelope aqui

Rafael Britto said...

mto bom!

Marques Correia said...

Brito,

ainda bem que gostou.

Arranja-me Le mécréant?
Só encontrei na net versões de outos que não do Brassens.

Marques Correia said...

Só para quem gosta aqui vai a Pénélope completa, pelos menos com o que dei por falta:

Aqui vai:

...Toi l'épouse modèle, le grillon du foyer
Toi qui n'as point d'accroes sur ta robe de mariée
Toi l'entraitable Pénélope...
En suivant ton petit bonhomme de bonheur
Ne berce tu jamais en tout bien tout honneur
De jolis pensées interlopes
De jolis pensées interlopes...

- faltava esta:
Dérrière tes rideaux dans ton juste millieu
En attendend le retour d'un Ulysses de banlieu
Penchée sur tes travaux de toile
Les soirs du vague à l'âme et de mélancolie
N'as tu jamais en rêve, au ciel d'un autre lit
Compté de nouvelles étoiles,
Compté de nouvelles étoiles...

N'as tu jamais en rêve appelée de tes voes
L'amourette qui passe qui vous prent aux cheveux
Qui vou compte des bagatelles (faltava)
Qui met la margueritte au jardin potager
La pomme défendue aux branches du verger
Et le désordre à vos dentelles
Et le désordre à vos dentelles...

N'as tu jamais souhetée de revoir en chemin cet'ange, ce démon
Qui son arc à la main, décoche des flèches malignes
Qui rendent leur chair de fêmme
Aux plus froides statues
Les basculent de leurs socles,
Bousculent leur vertues
Arrachent leurs feilles de vigne
Arrachent leurs feilles de vigne...

Ne craintes que le ciel ne t'en tienne rigueur
Il n'y a vraiment pas là de quoi fouetter un coeur
Qui bat la campagne et galope
C'est la faute comune, c'est le pèchée venielle
C'est la face cachée de la lune de miel
Et la rançon de Pénélope
Et la rançon de Pénélope...